Logo de My EKG, le Web de l'Électrocardiogramme

Electrocardiogramme d'un pacemaker électrique


Pacemaker électrique

Image de : Medtronic

Le pacemaker définitif est un dispositif qui s'implante de manière chirurgicale pour corriger des altérations sévères du rythme cardiaque, telles que des Blocs atrio-ventriculaires d'un degré avancé ou des maladies du nœud sinusal.

Grossièrement, son rôle est de substituer l'absence de stimulus proprement dit pour garantir la contraction cardiaque.

Les pacemaker se composent d'un générateur (batterie, processeur, récepteur de fréquences radio, etc.) et d'électrodes qui finissent insérées dans le muscle cardiaque.

Les pacemaker peuvent s'appliquer à une, deux ou trois chambre(s) ; cela dépendra de la quantité d'électrodes implantées. Les emplacements pour l'implantation sont : l'oreillette droite, le ventricule droit et le ventricule gauche (sur le système veineux).

Le type de pacemaker dépend de la maladie qui occasionne la bradyarythmie et les maladies sous-jacentes. Les pacemaker double-chambre sont les plus implantés puisqu'ils sont préconisés dans le cadre des maladies du nœud sinusal ou du nœud AV.

Les pacemaker biventriculaires (à trois chambres s'ils ont une électrode de plus sur l'oreillette droite), ont une électrode sur le ventricule droit et une autre sur le système veineux du ventricule gauche.

Leur objectif est de stimuler, de manière synchronisée, les deux ventricules en essayant de corriger l'asynchronisme produit par le Bloc de branche gauche ou les pacemaker conventionnels chez des patients dont le ventricule gauche connaît un dysfonctionnement. Pour cette raison, on les appelle Pacemaker de resynchronisation..


Le pacemaker sur l'électrocardiogramme

Stimulus du pacemaker :

La stimulation par pacemaker se reconnaît sur l'électrocardiogramme comme une image verticale, haute et étroite nommée spicule. Ce spicule dure généralement moins de 2 ms (une moitié de petit carreau) et devra être suivi d'une activité électrique cardiaque (onde P si la stimulation est auriculaire, complexe QRS si elle est ventriculaire).

Code international du pacemaker

L'effort combiné de la North American Society of Pacing and Electrophysiology (NASPE) et du British Pacing and Electrophysiology Group (BPEG) a défini le code international pour classifier les différentes modes de stimulation par pacemaker (NBG). Le code comprend 5 lettres qui décrivent les fonctions les plus importantes.

  • La première lettre désigne la chambre dans laquelle la stimulation est produite : Aucune (O) Ventriculaire (V), Auriculaire (A) ou les deux (D).
  • La deuxième lettre indique la chambre dans laquelle la détection est produite : Aucune (O) Ventriculaire (V), Auriculaire (A) ou les deux (D).
  • La troisième lettre indique la manière dont on répond à la détection : Inhibition (I), Stimulation (T de Triggered), les deux (D) ou aucune d'elles (O).
  • La quatrième lettre indique la présence (R) ou l'absence (O) de modulation de la fréquence cardiaque.
  • La cinquième lettre indique s'il existe une stimulation à plusieurs emplacements : Aucune (O), Ventriculaire (V), Auriculaire (A) ou n'importe quelle combinaison de A ou V (D).

Caractéristiques des électrocardiogrammes avec pacemaker selon l'emplacement de la stimulation

Pacemaker inhibé pour détecter l'activité cardiaque propre

Conduction propre : Le pacemaker est inhibé parce qu'il ressent la propre activité du cœur.

Sur l'électrocardiogramme, on observe une propre conduction du patient sans spicules de la part du pacemaker. C'est un fonctionnement normal du pacemaker que l'on a l'habitude de confondre avec les altérations de ce dernier.

Dans le doute, on peut placer un aimant sur le dispositif pour passer au mode asynchrone (VOO ou DOO), permettant d'observer la stimulation du pacemaker 1.

Stimulation auriculaire du pacemaker

Stimulation auriculaire : Spicules provenant du pacemaker suivis d'ondes P différentes de l'onde P sinusale.

Les ondes P sont suivies du complexe QRS normal (QRS étroit s'il n'y a pas d'altérations).

Stimulation ventriculaire :

Les spicules du pacemaker sont suivis d'un complexe QRS normal dont les caractéristiques permettent normalement de localiser avec suffisamment de justesse l'emplacement de stimulation de l'électrode. 1.

Stimulation ventriculaire du pacemaker

Stimulation du ventricule droit : Les complexes QRS sont similaires à ceux du Bloc de branche gauche complet.

Chez de nombreux patients avec complexe QRS de Bloc de branche gauche complet sur les dérivations précordiales droites, il existe aussi un complexe QRS en majeure partie négatif sur V5 et V6.

Dans la plupart des cas, l'électrode est placée sur l'apex du ventricule droit. La dépolarisation engendre, depuis l'apex jusqu'à la base, des complexes QRS négatifs sur les dérivations inférieures.

Si l'emplacement de la stimulation est la chambre de remplissage ou de chasse du ventricule droit, l'axe du complexe QRS est généralement normal.

Si l'électrode est localisée et est immédiatement sous la valve pulmonaire, l'axe du complexe QRS sera vertical ou dévié sur la droite.

Marcapasos con estimulación bicameral

Oreillette et ventricule droit : Deux spicules de pacemaker, le premier suivi d'une onde P et l'autre suivi du complexe QRS large, dont la morphologie s'apparente à un Bloc de branche gauche, sur V1.

Stimulation biventriculaire (resynchronisation ventriculaire) : La resynchronisation ventriculaire par stimulation biventriculaire est devenue un traitement établi pour les patients souffrant d'un dysfonctionnement du ventricule gauche aggravé d'un asynchronisme secondaire altérant la conduction intraventriculaire.

Le complexe QRS ainsi stimulé est généralement moins large que le QRS engendré par la stimulation sur le ventricule droit. Le complexe est, la plupart du temps, positif sur V1 lorsque l'électrode du ventricule droit est installée sur l'apex.


Références

Si ça vous a plu... Partagez-le !