Logo de My EKG, le Web de l'Électrocardiogramme

Système de conduction du cœur


L'anatomie du système de conduction du cœur

Le système de conduction du cœur représente les structures depuis lesquelles le stimulus électrique, qui permet au cœur de se contracter, est produit puis transmis.

Les principaux éléments dont il se compose sont le nœud sinusal, le nœud atrio-ventriculaire, le faisceau de His et les fibres de Purkinje.

Lors d'un battement normal, l'impulsion électrique est générée par le nœud sinusal depuis lequel elle se propage jusqu'aux deux oreillettes, provoquant la contraction des oreillettes.

En passant par les voies de conductions préférentielles intra-auriculaire, l'impulsion arrive jusqu'au nœud AV qui, après avoir retardé l'impulsion, la transmet jusqu'au faisceau de His ; celui-ci le propage à travers ses deux branches dans tout le myocarde par les fibres de Purkinje.

Composants du système de conduction du cœur

Système de conduction du cœur

  • 1. Nœud sinusal
  • 2. Nœud atrio-ventriculaire
  • 3. Faisceau de His
  • 4. Branche droite du faisceau de His
  • 5. Branche gauche du faisceau de His
  • 6. Système de Purkinje

Nœud sinusal

La première composante du système de conduction est le nœud sinusal ou nœud de Keith et Flack.

Le nœud sinusal est une structure sous-épicardique en forme de croissant, située entre la veine cave supérieure et l'oreillette droite 1.

Sa principale caractéristique est l'automatisme de ses cellules : elles génèrent une stimulation électrique à une fréquence comprise entre 60 et 100 impulsions par minute, initiant la stimulation cardiaque et contrôlant le rythme du cœur.

C'est pourquoi on l'appelle «pacemaker naturel du cœur».

Article relié : Maladie du nœud sinusal.

Vías de conducción Auriculares

système de conduction du cœur au niveau des oreillettes

Système de conduction au niveau auriculaire

  • 1. Nœud sinusal
  • 2. Faisceau internodal postérieur
  • 3. Faisceau internodal moyen
  • 4. Faisceau internodal antérieur
  • 5. Faisceau de Bachmann
  • 6. Nœud AV

La manière dont les impulsions parviennent au nœud atrio-ventriculaire depuis le nœud sinusal est encore sujet à controverse. Communément, on accepte l'idée qu'elles sont transmises à travers l'oreillette droite par des voies de conductions préférentielles en direction du nœud AV.

On accepte trois voies préférentielles nœud-nœud : les faisceaux internodaux antérieur, moyen et postérieur.

Par ailleurs, le stimulus est transmis à l'oreillette gauche par le faisceau de Bachmann, une ramification émanant du faisceau internodal antérieur et qui passe entre la veine cave supérieure et l'aorte ascendante, étant la principale voie d'activation de l'oreillette gauche (non pas la seule).


Nœud atrio-ventriculaire

La structure suivante du système de conduction du cœur est le nœud atrio-ventriculaire, également nommé nœud AV ou nœud d'Aschoff-Tawara.

Le nœud AV se trouve à la base du septum interauriculaire, au sommet du triangle de Koch. Sa principale fonction consiste à transmettre les stimulus des oreillettes aux ventricules, étant la seule connexion entre les deux structures (sauf en présence d'une voie accessoire2.

Le nœud AV remplit d'autres fonctions importantes : il retarde l'impulsion cardiaque (en séparant la systole auriculaire et ventriculaire) et limite la quantité de stimulus qui parviennent aux ventricules. Ainsi, il évite que des arythmies auriculaires, telles que la fibrillation auriculaire, puissent être intégralement transmises, ce qui provoquerait des arythmies ventriculaires graves.

Article relié : Blocs atrio-ventriculaires.


Faisceau de His

Système de conduction du cœur : Nœud AV et faisceau de His

Système de conduction du cœur : Nœud AV et faisceau de His

  • 1. Nodo AV
  • 2. Faisceau de His
  • 4. Branche droite du faisceau de His
  • 5. Branche gauche du faisceau de His

Le faisceau de His est la continuation du nœud AV qui pénètre dans le corps fibreux central. Il suit un trajet commun qui, toutefois, varie d'une personne à une autre ; par la suite, il se divise en deux branches, la droite et la gauche.

Les deux branches parcourent le septum interventriculaire jusqu'à ce que la branche gauche se divise en deux faisceaux -les faisceaux antérieur et postérieur- qui s'étendent depuis la base des deux muscles papillaires jusqu'au myocarde adjacent, se séparant par la suite et terminant leur parcours dans les fibres de Purkinje.

A la différence de la branche gauche, la branche droite demeure comme un seul et même faisceau inchangé dans la partie droite du septum jusqu'à ce qu'elle se divise en de petits faisceaux qui se perpétuent dans les fibres de Purkinje.

Articles reliés : Blocs de branche, Blocs fasciculaires gauches.


Fibres de Purkinje

Les fibres de Purkinje sont la dernière composante du système de conduction du cœur. Elles sont chargées de provoquer la dépolarisation des ventricules en transmettant l'activation électrique née au sein du nœud sinusal.

Elles sont composées de cellules spéciales chargées de transmettre rapidement le stimulus électrique et forment au sein des deux ventricules un réseau sous-endocardique, garantissant leur dépolarisation simultanée 3.


Conclusions à propos du système de conduction

On appelle système de conduction du cœur les structures qui assurent la génération et la transmission des impulsions électriques dans le cœur.

Ladite impulsion est générée par le nœud sinusal, dans la région supérieure de l'oreillette droite et est transmise à travers des voies de conductions préférentielles jusqu'au nœud AV, situé à la base de l'oreillette droite.

Le nœud AV retarde l'impulsion avant de la transmettre au faisceau de His qui traverse le corps fibreux central et qui permet la conduction du stimulus électrique jusqu'aux ventricules.

Le faisceau de His se divise en deux branches -droite et gauche- dont la gauche se subdivise en deux autres ramifications -antérieure et postérieure-. La branche droite comme les faisceaux de la branche gauche se ramifient dans le réseau de fibres de Purkinje, chargé de provoquer la dépolarisation et la contraction du myocarde ventriculaire.


ECG et altérations du système de conduction

L'électrocardiogramme est un des principaux outils utilisés pour diagnostiquer les altérations du système de conduction dont les maladies les plus connues sont les maladies du nœud sinusal, les Blocs atrio-ventriculaires et les Blocs de branche.

Chacune de ces altérations a son propre article qui lui est dédiée, aussi nous ne nous étendrons pas plus sur le sujet. Veuillez relire les sections sur les arythmies cardiaques et les Blocs de branche pour élargir vos connaissances.

Références

Si ça vous a plu... Partagez-le !