Logo de My EKG, le Web de l'Électrocardiogramme

Evaluation du segment ST


Segment ST normal

Le segment ST, en conditions normales, est plat ou isoélectrique, bien qu’il puisse présenter de petites variations mineures de 0.5 mm.

Pour évaluer son déplacement, on utilise comme référence le segment présent entre l'onde T du battement précédent et l'onde P du battement analysé (segment TP précédent). Dans le cas où celui-ci ne serait pas isoélectrique, on utilise le segment PR (voir différences entre intervalle et segment) du battement.

Elévation ou dépression du segment ST sous la normale

Dans certains cas précis, on peut observer des variations du segment ST sans que cela ne signifie une altération cardiologique.

Elévation du segment ST au-dessus de la normale : Une subtile élévation du ST (1 à 1,5 mm), légèrement convexe, avec une morphologie normale, en précordiales droites, peut être observée chez des personnes saines.

C’est dans la vagotonie et la repolarisation précoce que peut se présenter une élévation du segment ST de 1 à 3 mm, convexe, surtout dans les dérivations précordiales.

Dépression du segment ST sous la normale : On en voit souvent durant l’effort physique ; elles présentent habituellement une élévation rapide au moment où elles croisent la ligne isoélectrique rapidement (pente ascendante).


Altérations du segment ST dans la cardiopathie ischémique

La cardiopathie ischémique est la cause la plus fréquente d’élévation ou de dépression du segment ST.

Lorsqu’une région du cœur subit une ischémie persistante, une image de la lésion est générée sur l’ECG laissant observer une variation du segment ST -qu’il s’agisse d’un sus-décalage ou d’un sous-décalage de celui-ci- et dépendant du degré d’occlusion de l’artère coronaire .

Elévation du segment ST dans la cardiopathie ischémique

L’élévation aiguë du segment ST dans l’électrocardiogramme est un des signes se manifestant le plus tôt dans l’infarctus aigu du myocarde ; elle est généralement liée à l’occlusion aiguë et complète d’une artère coronaire.

Pour réaliser le diagnostic de l’infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (STEMI), cette élévation doit être persistante et basée sur deux dérivations contiguës au moins.

Elévation du segment ST dans l’infarctus aigu

Electrocardiogramme avec élévation du segment ST.

Dépression du segment ST dans la cardiopathie ischémique

La dépression du segment ST de manière aiguë est un signe de dommages cardiaques, de même que l’élévation.

Généralement, on la met en relation avec une occlusion incomplète d’une artère coronaire .

De même qu’avec le sus-décalage, le sous-décalage du segment ST doit être présent sur deux dérivations contiguës au moins.

Il peut être passager (dans le cadre des angines) ou persistant, et il est un signe d’altération durant l’épreuve d’effort. Il apparaît également comme image réciproque ou spéculaire sur les dérivations non affectées par un infarctus avec une élévation du segment ST.

Dépression du Segment ST

Electrocardiogramme avec dépression du segment ST.

Dépressions réciproques

Pendant un infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (STEMI) apparaissent, sur un même ECG, des dérivations ascendantes et des dérivations dépressionnaires du segment ST. On appelle cela des images réciproques.

Les dérivations qui présentent une baisse du segment ST sont des dérivations non affectées par l’occlusion coronaire, elles reproduisent seulement l’élévation du segment ST comme si elles étaient face à un miroir, d’où le nom d’images réciproques.

Il est important de remarquer que, sur un électrocardiogramme présentant des dérivations ascendantes et descendantes du segment ST, les dérivations ascendantes de ce dernier sont celles qui reflètent les dommages myocardiques, c’est pourquoi elles sont celles qui signalent la localisation et l’étendue de l’infarctus.

Elévation du segment ST avec une dépression réciproque du segment ST

Elévation du segment ST sur les dérivations inférieures (D2) avec une dépression réciproque du segment ST sur les dérivations latérales (D1)


Autres causes d’élévation du segment ST

  • Repolarisation précoce : Élévation du segment ST concave avec présence d’ondes J ou empâtement final du complexe QRS (voir Repolarisation précoce).
  • Péricardite aiguë : Dans sa phase précoce, elle peut être accompagnée d’une élévation du segment ST concave sur toutes les dérivations, ou presque, (excepté aVR) et d’une baisse généralisée du segment PR.
  • Hyperkaliémie : L'élévation du segment ST est normalement légère et est accompagnée d’ondes T élevées et pointues qui sont les plus fréquentes .
  • Anévrisme ventriculaire : On observe comme une élévation du segment ST qui persiste des semaines après un infarctus.
  • Secondaire à altérations dans la repolarisation :
  • Hypothermie.
  • Syndrome de Brugada : Elévation du segment ST au niveau des dérivations droites (V1-V3) supérieure à 2mm (excepté sur le patron Type 3) avec une morphologie caractéristique.

Autres causes de dépression du segment ST

  • Imprégnation digitalique : Dépression du segment ST de manière concave, nommée “cupule digitalique” ou “en moustache de Salvador Dalí”.
  • Hypokaliémie : Lors d’une hypokaliémie modérée ou sévère, un sous-décalage du segment ST se produit, accompagné d’ondes T plates ou négatives et d’une augmentation de l’amplitude des ondes U.
  • Hypertrophie ventriculaire gauche : Il est fréquent de constater un sous-décalage asymétrique du segment ST avec une dépression initiale douce et des ondes T négatives en dérivations latérales.
  • Prolapsus mitral : L’ECG est habituellement normal mais on peut y observer une dépression du segment ST et l’apparition d’ondes T négatives en dérivations inférieures.
  • Durant ou après une tachycardie paroxystique : On peut observer une dépression du segment ST et l’apparition d’ondes T négatives qui cessent, dans la plupart des cas, avec la disparition de la tachycardie.
  • Secondaire à altérations dans la repolarisation:
  • Effort physique : Durant l’ergométrie, on peut observer un sous-décalage du segment ST avec une pente ascendante, cela n’étant pas une trouvaille anormale. On peut aussi observer de faux positifs (une dépression du segment ST avec une pente horizontale ou descendante) surtout chez les femmes et les personnes âgées sans maladie coronaire en réalisant une angiographie.

Nous espérons t’avoir aidé à évaluer les Altérations du segment ST. Continue avec nous en lisant les Altérations des ondes et intervalles de l’électrocardiogramme.

Précédent | Suivant

Si ça vous a plu... Partagez-le !