Logo de My EKG, le Web de l'Électrocardiogramme

Déviation axiale gauche


Déviation axiale gauche

Articles reliés : Comment calculer l'axe du cœur, déviation axiale droite.

Chez les adultes, l'axe normal du complexe QRS est compris entre -30° et 90°. On considère qu'il y a déviation axiale gauche lorsque ce dernier est compris entre -30° et -90° 1.

La déviation axiale gauche modérée est comprise, elle, entre -30° et -45° et la déviation axiale gauche marquée (que l'on associe souvent au bloc fasciculaire antérieur), entre -45° et -90° 1.

Voici les configurations dans lesquelles une déviation axiale gauche peut être observée :

Causes d'une déviation axiale gauche

Il convient de signaler que les trois premières causes décrites provoquent, à elles seules, presque 90% des déviations axiales gauches sur les ECG.

Variations normales

En vieillissant, l'axe du complexe QRS tend à dévier vers la gauche. Avec le temps, la déviation axiale gauche du complexe QRS prévaut tout particulièrement chez les personnes en surpoids. Elle est plus prononcée chez les hommes âgés et en surpoids que chez les femmes dans des conditions identiques 3.

Il existe un lien entre l'axe du complexe QRS et le poids d'une personne.

Les personnes en surpoids ont tendance à présenter un axe beaucoup plus à gauche. La plupart des patients en surpoids et non atteints de maladie cardiaque clinique présentent des ECG normaux mais montrent un axe du cœur qui dévie peu à peu vers la gauche à mesure que le poids du patient augmente 3.


Hypertrophie ventriculaire gauche

Articles reliés : Hypertrophie ventriculaire gauche.

Chez les patients souffrant d'hypertrophie ventriculaire gauche (HVG), l'axe du complexe QRS peut être ou bien normal (positionné néanmoins entre 0° et -30°), ou bien dévié vers la gauche.

Le signe électrocardiographique le plus fréquent et révélateur d'une HVG apparaît sous la forme d'ondes R hautes sur les dérivations précordiales gauches et d'ondes S profondes sur les dérivations précordiales droites (V1-V2). Dans ces cas-là, on peut également observer un allongement de la durée du complexe QRS, supérieure à 100 ms.

Il n'est pas rare d'observer un sous-décalage du segment ST ainsi que la présence d'ondes T négatives sur les dérivations latérales (D1, aVL, V5 ou V6).

Enfin, on peut également noter des signes d'hypertrophie auriculaire gauche associés à des ondes P larges (P mitrale) sur les dérivations inférieures et latérales 2.

Plus d’informations : Hypertrophie ventriculaire gauche.


Bloc fasciculaire antérieur

Articles reliés : Bloc fasciculaire antérieur.

Lors d'un bloc fasciculaire antérieur, on peut constater un retard dans l'activation de la région antérieure du ventricule gauche, ce qui provoque une déviation axiale gauche sévère, c'est-à-dire un axe du complexe QRS compris entre -45° et -90°, sans élargissement du complexe QRS.

Le bloc fasciculaire antérieur produit également une morphologie d'intervalle rS sur les dérivations D2, D3 et aVF ainsi qu'une morphologie d'intervalle qR sur les dérivations D1 et aVL 4.

Plus d’informations : Bloc fasciculaire antérieur.


Bloc de branche gauche

Articles reliés : Bloc de branche gauche.

Lors d'un bloc de branche gauche, la durée du complexe QRS est, chez les adultes, supérieure ou égale à 120 ms et présente une onde R large avec crochetage ou empâtement sur les dérivations D1, aVL, V5 et V6.

Le segment ST et les ondes T vont généralement dans la direction opposée à celle du complexe QRS.

L'apparition d'un bloc de branche gauche peut altérer l'axe du complexe QRS sur le plan frontal, vers la droite, la gauche ou la partie supérieure. Dans certains cas, cette altération est dépendante de la fréquence cardiaque 3.

Plus d’informations : Bloc de branche gauche.


Infarctus de la paroi inférieure

L'infarctus de la paroi inférieure est un autre type d'altération qui peut provoquer une déviation axiale gauche anormale.

Lors d'un infarctus de la paroi inférieure, les forces initiales du complexe QRS sont dirigées vers la partie supérieure, provoquant l'apparition d'une onde Q sur les dérivations D2, D3 et aVF.

Des ondes T négatives sur les dérivations inférieures (D2, D3 et aVF) peuvent également surgir chez les patients souffrant de ce type d'infarctus.


Hyperkaliémie

Articles reliés : Hyperkaliémie sur l'ECG.

Une hausse de la concentration en potassium du plasma supérieure à 6,5 mEq/L engendrera une dépolarisation partielle de la membrane cellulaire, provoquant des altérations dans la génération et la transmission du stimulus.

La déviation de l'axe vers la gauche qui survient lors d'une hyperkaliémie est due au retard de la conduction intraventriculaire, le même retard qui provoque l'allongement progressif du complexe QRS.

Outre d'autres types d'altérations, tels que des blocs AV, une maladie du nœud sinusal ou un rythme d'échappement jonctionnel, on constate également un allongement de la durée et une réduction de l'amplitude de l'onde P.

Plus d’informations : Hyperkaliémie sur l'ECG.


Emphysème

L'hyper-expansion des poumons provoque une compression externe du cœur, causant une élongation et l'orientation verticale de ce dernier associées à une descente du diaphragme.

Par ailleurs, l'augmentation du volume d'air entre le cœur et les électrodes réduit l'amplitude des complexes QRS sur les dérivations précordiales.

Un faible voltage sur les dérivations des membres, une déviation axiale droite (>90°) ou gauche (plus de -30°), tout cela combiné à un axe de l'onde P supérieur à 60°, sont des phénomènes décrits comme pathognomoniques du diagnostic de l'emphysème 4.


Autres causes de déviation axiale gauche

Les altérations de l'axe du cœur sont rarement spécifiques au diagnostic des cardiopathies congénitales. La communication interauriculaire de type ostium primum et le canal atrio-ventriculaire peuvent être des causes de déviation axiale gauche 5.

La déviation axiale gauche peut également être observée lors d'un haut niveau de préexcitation, lors d'une tachycardie ventriculaire, mais aussi durant l'expiration, la grossesse, une ascite, etc.

Références

  • 1. Surawicz B, Deal BJ et al. AHA/ACCF/HRS Recommendations for the Standardization and Interpretation of the Electrocardiogram Part III: Intraventricular Conduction Disturbances. Journal of the American College of Cardiology Mar 2009, 53 (11) 976-981; DOI: 10.1016/j.jacc.2008.12.013.
  • 2. Kashou AH, Kashou HE. Electrical Axis (Normal, Right Axis Deviation, and Left Axis Deviation) [Updated 2018 Oct 27]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan
  • 3. Surawicz B, Knilans TK. Chou’s electrocardiography in clinical practice, 6th ed. Philadelphia: Elservier; 2008.
  • 4. Larssen MS, Steine K, Hilde JM, et al. Mechanisms of ECG signs in chronic obstructive pulmonary disease. Open Heart 2017;4:e000552. DOI: 10.1136/openhrt-2016-000552.
  • 5. O'Connor M, McDaniel N, Brady WJ. The pediatric electrocardiogram Part III: Congenital heart disease and other cardiac syndromes. Am J Emerg Med. 2008 May;26(4):497-503. DOI: 10.1016/j.ajem.2007.08.004.

Si ça vous a plu... Partagez-le !